Dépendance affective - Développement personnel

mai 25, 2018

Développement personnel 





« Ne mettez jamais la clé de votre bonheur, dans la poche de quelqu’un d’autre » :balloon:
Je voulais réagir à cette phrase parce que beaucoup d’entre vous m’écrivent, dépriment, ne sont pas bien, parce qu’ils sont célibataires, n’ont pas de crush etc.. 
     Alors, je reviens pour vous parler d'Amour. J'ai déjà expliqué un peu tout ça dans ma vidéo du jour qui parle d'amour, de jalousie et de solitude à travers la série "13 Reasons why" mais je voulais un peu plus approfondir le sujet sur cet article parce que vous êtes beaucoup à être super chaud pour plus d'articles sur le blog.
     Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours souffert de dépendance affective, depuis mon plus jeune âge je n'ai qu'un but "Trouver l'amour de ma vie". Evidemment, ma mère, les séries, la télévision, Disney m'ont poussé dans ce sens. Trouver quelqu'un. 
Alors, je cherchais en vain, quelqu'un qui voulait bien de moi. A force, on trouve parce que des fois, on est tellement désespérés qu'on accepte la première personne gentille qui débarque sur son cheval blanc dans notre vie. 
Puis, je vivais des histoires d'amour: 3 ans, 1 an,  2 ans, puis un jour je me suis levée et je me suis dit "As-tu vraiment envie d'être en couple ? Penses-tu être avec la bonne personne?". 
J'avais des projets, des rêves et ils n'étaient pas compatibles avec ma vie amoureuse de l'époque, parce que je n'étais tout simplement pas avec la bonne personne. Je suis alors partie, j'ai pris mon petit sac à dos (enfin j'ai récupère mon appartement et il est parti) et je suis partie, partie me découvrir. 

Comment savoir avec qui je voulais être dans ma vie, alors que moi-même je ne savais pas vraiment qui j'étais.




     En 2 ans, j'ai vécu d'autres histoires, jamais rien de bien sérieux. Puis, je suis tombée dans le piège d'un pervers narcissique. Aujourd'hui, j'en rigole, parce que Bordel.. Moi quoi, avec ma fougue et mon caractère, il a bien géré le coco. Quoi qu'il en soit, il n'a pas bien géré longtemps parce que je suis partie aussi vite que j'étais arrivée. Après ça, j'ai soufflé et je me suis dit "Léa, tu n'as besoin d'aucun homme pour te sentir belle, d'aucun homme pour te sentir aimer, d'aucun homme pour te payer une maison, alors pourquoi tu te presses ?"
A partir de là, j'ai compris après 23 années, que je pouvais être indépendante et heureuse avec moi-même et que si on n'a pas ces bases-là, on ne peut rien construire de vraiment durable sur les années futures. Certain le comprennent tôt, d'autres ont la chance de tomber sur cette personne sans le savoir et y en a d'autres comme moi, qui le découvre à 23 ans.
     J'ai compris qu'on n'avait pas besoin d'être deux pour exister, que c'était des conneries et que je préférais être seule plutôt qu'avec quelqu'un qui ne me convenait pas. 
     Mon bonheur, je peux le créer toute seule et je sais qu'aujourd'hui, si je rencontre quelqu'un, si je me mets avec quelqu'un ça ne sera plus par désespoir ou pas peur d'échouer dans ma vie, mais j'en aurais réellement envie. Et je suis prête aujourd'hui, à trouver cette personne, et je prendrais le temps qu'il me faudra. Il ne faut pas accepter n'importe quoi juste pour ne pas finir seul, la vie s'est long quand on y pense, pourquoi se presser autant ?

Apprenez à être heureux par vous-même avant de vouloir l’être à deux :rose:


Credit photo : GaelOupas

You Might Also Like

0 commentaires